M. Houllemare, D. Roussel (dir.) “Les justices locales et les justiciables. La proximité judiciaire en France du Moyen Âge à l’époque moderne”, PU Rennes, 2015



Marie Houllemare et Diane Roussel (dir.)
Les justices locales et les justiciables
La proximité judiciaire en France du Moyen Âge à l’époque moderne

Avec le soutien du CERHiC (EA 2616) de l’université de Reims Champagne-Ardenne, du CHSSC de l’université Picardie Jules-Verne et du CEHJ de l’université Paris Panthéon-Assas.
Rennes, PU Rennes (Histoire), 2015, 278 p., ISBN : 978-2-7535-3995-2, 20€
Présentation éditeur
Dans ce volume, historiens et historiens du droit, médiévistes et modernistes, explorent diverses facettes d’une justice souvent proche, que les habitants s’approprient pour régler leurs conflits ordinaires, tout en interrogeant les exigences contradictoires qui pèsent sur l’ensemble des institutions judiciaires. Pour le roi, les officiers, tant royaux que seigneuriaux, comme pour les justiciables, la proximité judiciaire est une nécessité et un enjeu de pouvoir.

Auteures
  • Marie Houllemare est maître de conférences en histoire moderne à l’université de Picardie Jules-Verne (Amiens). Spécialiste d’histoire des institutions et de la justice à l’époque moderne, elle s’est intéressée aux parlements de Paris et de Savoie, et poursuit désormais une enquête sur la justice dans les colonies françaises au XVIIIe siècle.
  • Diane Roussel est maître de conférences en histoire moderne à l’université de Reims Champagne-Ardenne. Spécialiste d’histoire sociale et culturelle de la justice et de la police, elle a étudié le cas de Paris au XVIe siècle. Elle s’intéresse à l’histoire de la régulation sociale, dans et hors du tribunal, au début de l’époque moderne.

Sommaire
  • Marie Houllemare et Diane Roussel, Introduction
Première partie 
LES JUSTICIABLES DEVANT LEUR « PLUS PROCHAIN JUGE » 
  • Florian Mariage, La dénonciation institutionnalisée: les franches vérités en Tournaisis, XIVe-XVIIIe siècles
  • Véronique Beaulande-Barraud, L’official et ses justiciables: l’accès à la justice de l’évêque dans le diocèse de Châlons au XVe siècle 
  • Romain Grancher, Les sièges d’amirauté comme juridictions de proximité. Réflexions à partir du monde de la pêche dieppois au XVIIIe
  • Christophe Regina, Infamie légale, infamie populaire: les injures et la subversion des symboles de la justice à Marseille au XVIIIe siècle
Deuxième partie 
DYNAMIQUES LOCALES ET CONCURRENCES INSTITUTIONNELLES 
  • Loïc Cazaux, Réguler la violence armée à l’échelle locale: coopération et concurrences entre les justices ordinaires et la prévôté des maréchaux sous le règne de Louis XI
  • Hervé Piant, Encadrement judiciaire des populations locales et concurrence des juges sous l’Ancien Régime: l’exemple du Valcolorois 
  • Vincent Meyzie, La matérialisation contrariée du pouvoir monarchique dans la cité: le cas des édifices de la justice royale de rang second au XVIIIe siècle
  • Christophe Blanquie, Ordre judiciaire et proximité sociale: le règlement de Pamiers en 1775
  • Pierre Legal, Pressions procédurales et réactions des justiciables. Les maîtrises particulières des Eaux et Forêts (1661-1790)
Troisième partie 
CENTRE ET PÉRIPHÉRIES 
  • Alexandre Deroche, Les juridictions locales et les justiciables dans les apanages des cadets royaux à l’époque moderne
  • Marie Houllemare, «Ils prennent l’interest particulier de leur païs pour l’interest public.» Le bailliage dans la ville d’Amiens et ses relations avec le parlement de Paris à l’époque moderne
  • Michel Nassiet, Grâce et entérinement: une mutation (XVIe-XVIIIe siècle)
  • Caroline Maillet-Rao, La réforme de l’exercice de la justice sous le garde des Sceaux Michel de Marillac (1626-1630)
  • David Feutry, Un projet entre Chancellerie et Parlement: l’esquisse de réforme des justices seigneuriales au XVIIIe siècle
  • Solange Segala, L’intégration d’une population par la justice: l’exemple de la Corse sous les Bourbons (1768-1790)
  • Olivier Descamps, Conclusions
Les auteurs

Documents à télécharger (site des PUR)

Cicéron, “L’Affaire Verrès. Vs Caecilius. Ire Action vs Verrès. Les Œuvres d’art. Les Supplices”, Les Belles-Lettres, 2015

Cicéron
L'Affaire Verrès
Contre Caecilius. Première Action contre Verrès. Les Œuvres d'art. Les Supplices

Trad. du latin et présent. G. Roussel 
Paris, Les Belles-Lettres (Le goût des idées, n°48), 2015, 288 p., ISBN-10 2-251-20049-5 / ISBN-13 978-2-251-20049-1 / GTIN13 (EAN13) 9782251200491, 13,9€

Présentation éditeur
Protecteur de Sicile où il règne en despote, Verrès, collectionneur maniaque, dépouille le pays de ses plus belles œuvres d'art: fourberies, cruautés, tout lui est bon. Mais son mandat expire, il est mis en accusation. Contre lui, se dresse Cicéron qui va faire son enquête sur place. Puis, implacable, il ouvre le dossier de la plus gigantesque affaire de concussion de l'Antiquité.

«L’affaire Verrès est très complexe, en raison de ses incidences politiques, de la personnalité curieuse de l’accusé et des motifs de l’accusation : son retentissement jusqu’à nos jours, où elle soulève encore des polémiques, est évidemment dû au talent de Cicéron qui ne lui a pas consacré moins de sept discours, dont deux seulement ont été réellement prononcés, le: contre Caecilius et la Première Action contre Verrès. L’exil spontané du prévenu ayant interrompu les débats, Cicéron publia ensuite la Seconde Action contre Verrès qui comprend cinq discours ou livres. Dans le premier (sur la préture urbaine), il est question des honteux trafics de Verrès, préteur à Rome; dans le second (sur la façon dont Verrès rendit la justice en Sicile), des iniquités qu’il a commises dans les affaires judiciaires, pendant sa propréture ; dans le troisième, de ses malversations dans la perception des impôts et les approvisionnements en blé. Le quatrième: les Œuvres d’Art, montre Verrès collectionnant les richesses artistiques aux dépens de ses administrés. Le cinquième : des Supplices, flétrit en Verrès le mauvais général usant de façon inique et cruelle de son droit de supplices. Ces deux derniers discours sont les plus justement célèbres de l’ensemble des Verrines

Extraits (site Internet des Belles Lettres):
Sommaire
Introduction

Prologue à l'affaire Verrès. Discours contre Caecilius dit La Divination

Première Action contre Verrès

Les Œuvres d’art

Les Supplices

Tyler on Habeas and the American Revolution

Amanda L. Tyler, University of California, Berkeley School of Law, has posted Habeas Corpus and the American Revolution, which is forthcoming in the California Law Review 103 (2015): 635-98.
Modern debates concerning the protections afforded by the Suspension Clause of the U.S. Constitution have taken place within the Supreme Court’s chosen methodological approach in this context, which openly calls for careful attention to the historical backdrop against which the Clause was drafted. This approach is hardly surprising given that long ago Chief Justice John Marshall declared that when the Founding generation constitutionalized “this great writ,” they invoked “[t]he term...in the [C]onstitution, as one which was well understood.” No matter how well the Founding generation understood the content, reach, and application of the “privilege of the writ of habeas corpus,” however, significant portions of the relevant historical backdrop to the ratification of the Suspension Clause remain lost to the annals of history. In particular, the details surrounding one of the most consequential periods in the history leading up to the adoption of the Suspension Clause — namely, the treatment and legal classification of the American colonists by the British during the American Revolutionary War — remain largely unexplored in legal scholarship.

Professor Tyler seeks to recover and tell this story here by drawing upon a wealth of sources, including: archival documents, parliamentary debates, contemporary press accounts, colonial papers, diaries and private papers of key participants, and significant decisions and rulings of the British courts. As these materials reveal, determinations regarding the reach and application of the English Habeas Corpus Act of 1679, rather than solely the common law writ of habeas corpus, were of tremendous consequence during this important period in Anglo-American legal history. Where the Act was in force and where prisoners could claim its protections, the legal framework demanded that such persons be charged criminally and tried in due course or otherwise be discharged. Significantly, the privilege associated with the English Act did not speak merely to process; it further imposed significant substantive constraints on what causes would be deemed legal justification for detention in the first instance. The important role that the Act played in the Revolutionary War legal framework, moreover, suggests that modern jurisprudence has underappreciated the Act’s enormous influence upon the development of habeas law in the Anglo-American tradition. Finally, the history recovered here demonstrates more generally that during the Revolutionary War, suspension, geography, and allegiance each played significant roles in determining the availability of the privilege of the writ of habeas corpus to those who would claim its protections.

Tyler on Habeas and the American Revolution

Amanda L. Tyler, University of California, Berkeley School of Law, has posted Habeas Corpus and the American Revolution, which is forthcoming in the California Law Review 103 (2015): 635-98.
Modern debates concerning the protections afforded by the Suspension Clause of the U.S. Constitution have taken place within the Supreme Court’s chosen methodological approach in this context, which openly calls for careful attention to the historical backdrop against which the Clause was drafted. This approach is hardly surprising given that long ago Chief Justice John Marshall declared that when the Founding generation constitutionalized “this great writ,” they invoked “[t]he term...in the [C]onstitution, as one which was well understood.” No matter how well the Founding generation understood the content, reach, and application of the “privilege of the writ of habeas corpus,” however, significant portions of the relevant historical backdrop to the ratification of the Suspension Clause remain lost to the annals of history. In particular, the details surrounding one of the most consequential periods in the history leading up to the adoption of the Suspension Clause — namely, the treatment and legal classification of the American colonists by the British during the American Revolutionary War — remain largely unexplored in legal scholarship.

Professor Tyler seeks to recover and tell this story here by drawing upon a wealth of sources, including: archival documents, parliamentary debates, contemporary press accounts, colonial papers, diaries and private papers of key participants, and significant decisions and rulings of the British courts. As these materials reveal, determinations regarding the reach and application of the English Habeas Corpus Act of 1679, rather than solely the common law writ of habeas corpus, were of tremendous consequence during this important period in Anglo-American legal history. Where the Act was in force and where prisoners could claim its protections, the legal framework demanded that such persons be charged criminally and tried in due course or otherwise be discharged. Significantly, the privilege associated with the English Act did not speak merely to process; it further imposed significant substantive constraints on what causes would be deemed legal justification for detention in the first instance. The important role that the Act played in the Revolutionary War legal framework, moreover, suggests that modern jurisprudence has underappreciated the Act’s enormous influence upon the development of habeas law in the Anglo-American tradition. Finally, the history recovered here demonstrates more generally that during the Revolutionary War, suspension, geography, and allegiance each played significant roles in determining the availability of the privilege of the writ of habeas corpus to those who would claim its protections.

Fr. Nawrocki “L’Amiral Cl. d’Annebault, conseiller favori de François Ier”, Classiques Garnier, 2015,

François Nawrocki 
L'Amiral Claude d'Annebault, conseiller favori de François Ier

Paris, Classiques Garnier (Bibliothèque d'histoire de la Renaissance, n°7), mai 2015, 763 p. ISBN 978-2-8124-3167-8 / EAN 9782812431678, 67€ TTC 
Présentation éditeur
L'amiral Claude d'Annebault dirigea le conseil de François Ier de 1543 à 1547. Sa vie et sa carrière révèlent un modèle de gouvernement bâti autour d'un conseiller favori, clé de voûte du système politique et ombre portée du monarque sur la cour, le conseil et les réseaux de serviteurs du roi.
La thèse dont est issu ce livre a reçu en 2010 le prix Braun-Benabou / Aguirre-Basualdo de la chancellerie des universités de Paris.

The admiral Claude d'Annebault directed the council of Francis I from 1543 to 1547. His life and career testify to a model of government built around one favourite advisor, the cornerstone of the political system and an embodiment of the king's shadow, cast on the court, council, and entire network of royal servants.
This work is based on a thesis which won the Braun-Benabou / Aguirre-Basualdo prize from the chancellery of the universities of Paris in 2010.

Sommaire 
Table des abréviations

Préface

Introduction

Les racines de la puissance 
  • Une construction lignagère, féodale et sociale
    • Les origines des seigneurs d’Annebault
    • Les d’Annebaultd’Appeville 
Un «premier commencement d’honneur» (1518-1535)
  • Jeunesse de cour et errance chevaleresque
  • Les temps des premières distinctions et responsabilités 
La reconnaissance par les armes (1536-1538)
  • La conquête des États de Savoie
  • La campagne d’Artois
  • L’accès à la faveur du roi 
Le révélateur piémontais(1539-1540)
  • Un nouveau style de gouvernement
  • L’ambassade vénitienne
  • Le rôle stratégique du lieutenant du roi par-delà les Monts 
L’élévation d’un conseiller (1540-1542)
  • L’entrée au Conseil étroit
  • Un nouveau rapport de forces au pouvoir
  • Le retour en Piémont 
L’apprentissage du gouvernement (1541-1543)
  • Le moment Chabot
  • Le désastre de Perpignan
  • L’«Hannibal françois» 
La dernière guerre contre Charles Quint (1543-1544)
  • Les conquêtes de 1543
  • Le nouveau conseiller favori
  • La grande invasion de 1544
  • La paix de Crépy
La campagne d’Angleterre et la paix des amiraux (1545-1546)
  • La grande armée de mer
  • Les conférences de Bruges
  • Le traité d’Ardres
  • La paix des amiraux: une œuvre à défendre 
La faveur du roi
  • Portrait d’un chevalier courtisan
  • Le choix du roi: entre cœur et raison
  • La faveur du roi: une entreprise collective 
La superintendance des affaires
  • Le premier des conseillers
  • La pierre angulaire du gouvernement
  • L’ombre du roi 
La fin d’un règne (1546-1547)
  • L’ordre intérieur et la mise en défense du royaume
  • La ligue universelle contre l’empereur: une révolution diplomatique manquée 
  • La mort du roi
La disgrâce (1547-1548)
  • Un revers de fortune
  • Les conséquences de la disgrâce
La continuité du service du roi (1548-1551)
  • Un amiral titulo tenus?
  • La reprise en main du gouvernement de Normandie
  • La reconquête des responsabilités d’amiral 
Ultime retour aux affaires (1552)
  • La régence de Catherine de Médicis
  • La dernière campagne 
Conclusion

Illustrations
Sources
Sources imprimées
Bibliographie
index des noms de personnes



Fr. Nawrocki “L’Amiral Cl. d’Annebault, conseiller favori de François Ier”, Classiques Garnier, 2015,

François Nawrocki 
L'Amiral Claude d'Annebault, conseiller favori de François Ier

Paris, Classiques Garnier (Bibliothèque d'histoire de la Renaissance, n°7), mai 2015, 763 p. ISBN 978-2-8124-3167-8 / EAN 9782812431678, 67€ TTC 
Présentation éditeur
L'amiral Claude d'Annebault dirigea le conseil de François Ier de 1543 à 1547. Sa vie et sa carrière révèlent un modèle de gouvernement bâti autour d'un conseiller favori, clé de voûte du système politique et ombre portée du monarque sur la cour, le conseil et les réseaux de serviteurs du roi.
La thèse dont est issu ce livre a reçu en 2010 le prix Braun-Benabou / Aguirre-Basualdo de la chancellerie des universités de Paris.

The admiral Claude d'Annebault directed the council of Francis I from 1543 to 1547. His life and career testify to a model of government built around one favourite advisor, the cornerstone of the political system and an embodiment of the king's shadow, cast on the court, council, and entire network of royal servants.
This work is based on a thesis which won the Braun-Benabou / Aguirre-Basualdo prize from the chancellery of the universities of Paris in 2010.

Sommaire 
Table des abréviations

Préface

Introduction

Les racines de la puissance 
  • Une construction lignagère, féodale et sociale
    • Les origines des seigneurs d’Annebault
    • Les d’Annebaultd’Appeville 
Un «premier commencement d’honneur» (1518-1535)
  • Jeunesse de cour et errance chevaleresque
  • Les temps des premières distinctions et responsabilités 
La reconnaissance par les armes (1536-1538)
  • La conquête des États de Savoie
  • La campagne d’Artois
  • L’accès à la faveur du roi 
Le révélateur piémontais(1539-1540)
  • Un nouveau style de gouvernement
  • L’ambassade vénitienne
  • Le rôle stratégique du lieutenant du roi par-delà les Monts 
L’élévation d’un conseiller (1540-1542)
  • L’entrée au Conseil étroit
  • Un nouveau rapport de forces au pouvoir
  • Le retour en Piémont 
L’apprentissage du gouvernement (1541-1543)
  • Le moment Chabot
  • Le désastre de Perpignan
  • L’«Hannibal françois» 
La dernière guerre contre Charles Quint (1543-1544)
  • Les conquêtes de 1543
  • Le nouveau conseiller favori
  • La grande invasion de 1544
  • La paix de Crépy
La campagne d’Angleterre et la paix des amiraux (1545-1546)
  • La grande armée de mer
  • Les conférences de Bruges
  • Le traité d’Ardres
  • La paix des amiraux: une œuvre à défendre 
La faveur du roi
  • Portrait d’un chevalier courtisan
  • Le choix du roi: entre cœur et raison
  • La faveur du roi: une entreprise collective 
La superintendance des affaires
  • Le premier des conseillers
  • La pierre angulaire du gouvernement
  • L’ombre du roi 
La fin d’un règne (1546-1547)
  • L’ordre intérieur et la mise en défense du royaume
  • La ligue universelle contre l’empereur: une révolution diplomatique manquée 
  • La mort du roi
La disgrâce (1547-1548)
  • Un revers de fortune
  • Les conséquences de la disgrâce
La continuité du service du roi (1548-1551)
  • Un amiral titulo tenus?
  • La reprise en main du gouvernement de Normandie
  • La reconquête des responsabilités d’amiral 
Ultime retour aux affaires (1552)
  • La régence de Catherine de Médicis
  • La dernière campagne 
Conclusion

Illustrations
Sources
Sources imprimées
Bibliographie
index des noms de personnes



Dudziak Named Kluge Chair in American Law and Governance

[We’re delighted to report that LHB Founder Mary L. Dudziak will be the Kluge Chair in American Law and Governance at the Library of Congress.  Here is the LC press release.]

Librarian of Congress James H. Billington today announced the appointment of Mary L. Dudziak, prominent U.S. legal historian, as the next Kluge Chair in American Law and Governance at the Library’s John W. Kluge Center.  Her appointment begins August 1. She will spend five months in residence.

Dudziak is the Asa Griggs Candler Professor of Law and director of the Project on War and Security in Law, Culture and Society at Emory University.  An expert in constitutional law, legal history, diplomatic history and civil rights history, Dudziak will use the Library’s collections and resources to research and write her forthcoming book, “Going to War: An American History.”

“The book is an effort to get to the roots of an important problem: the relative absence of political engagement with presidential war power in an era of ongoing war,” said Dudziak. “American military engagement has been persistent through the 21st century, but as time goes on Congress has appeared reluctant to formally authorize war and the American public has been somewhat disengaged from the conflicts. This has left the president without meaningful political limits on the power to go to war. To better understand how this contemporary problem came about, my book will examine the history of American war politics since the early 20th century, focusing not only on lawmakers but also the way their constituents —civilians as well as military-service members—experienced American wars.”

Dudziak will use items in the Library of Congress collections to further her research. In particular, she will examine Congressional papers held by the Library’s Manuscript Division. Toward the end of her tenure, Dudziak will deliver a public lecture on her research.

Prior to her position at Emory, Dudziak was the Judge Edward J. and Ruey L. Guirado Professor of Law, History and Political Science at the University of Southern California.  She also taught at Duke, Harvard, the University of Maryland and the University of Iowa.  Dudziak serves on the Historical Advisory Committee for the U.S. Department of State and the editorial board of the journal Diplomatic History.

Her books include “War-Time: An Idea, Its History, Its Consequences,” “Exporting American Dreams: Thurgood Marshall’s African Journey,” “Cold War Civil Rights: Race and the Image of American Democracy” and edited collections.  She is the author of numerous book chapters, journal articles, essays, reviews and op-eds.  Dudziak received her Ph.D. from Yale University, her J.D. from Yale Law School, and her A.B. in sociology from University of California, Berkeley.

The Kluge Chair in American Law and Governance is a distinguished senior research position in residence at the Library.  Its holder is appointed by the Librarian of Congress.  Using research facilities and services at the Library of Congress, the scholar conducts research that focuses on the development of government in the United States and on domestic matters of, and among, the three branches of government.

Through a generous endowment from John W. Kluge, the Library of Congress established the Kluge Center in 2000 to bring together the world's best thinkers to stimulate and energize one another, to distill wisdom from the Library's rich resources, and to interact with policymakers in Washington. For more information about the Kluge Center visit here.

Dudziak Named Kluge Chair in American Law and Governance

[We’re delighted to report that LHB Founder Mary L. Dudziak will be the Kluge Chair in American Law and Governance at the Library of Congress.  Here is the LC press release.]

Librarian of Congress James H. Billington today announced the appointment of Mary L. Dudziak, prominent U.S. legal historian, as the next Kluge Chair in American Law and Governance at the Library’s John W. Kluge Center.  Her appointment begins August 1. She will spend five months in residence.

Dudziak is the Asa Griggs Candler Professor of Law and director of the Project on War and Security in Law, Culture and Society at Emory University.  An expert in constitutional law, legal history, diplomatic history and civil rights history, Dudziak will use the Library’s collections and resources to research and write her forthcoming book, “Going to War: An American History.”

“The book is an effort to get to the roots of an important problem: the relative absence of political engagement with presidential war power in an era of ongoing war,” said Dudziak. “American military engagement has been persistent through the 21st century, but as time goes on Congress has appeared reluctant to formally authorize war and the American public has been somewhat disengaged from the conflicts. This has left the president without meaningful political limits on the power to go to war. To better understand how this contemporary problem came about, my book will examine the history of American war politics since the early 20th century, focusing not only on lawmakers but also the way their constituents —civilians as well as military-service members—experienced American wars.”

Dudziak will use items in the Library of Congress collections to further her research. In particular, she will examine Congressional papers held by the Library’s Manuscript Division. Toward the end of her tenure, Dudziak will deliver a public lecture on her research.

Prior to her position at Emory, Dudziak was the Judge Edward J. and Ruey L. Guirado Professor of Law, History and Political Science at the University of Southern California.  She also taught at Duke, Harvard, the University of Maryland and the University of Iowa.  Dudziak serves on the Historical Advisory Committee for the U.S. Department of State and the editorial board of the journal Diplomatic History.

Her books include “War-Time: An Idea, Its History, Its Consequences,” “Exporting American Dreams: Thurgood Marshall’s African Journey,” “Cold War Civil Rights: Race and the Image of American Democracy” and edited collections.  She is the author of numerous book chapters, journal articles, essays, reviews and op-eds.  Dudziak received her Ph.D. from Yale University, her J.D. from Yale Law School, and her A.B. in sociology from University of California, Berkeley.

The Kluge Chair in American Law and Governance is a distinguished senior research position in residence at the Library.  Its holder is appointed by the Librarian of Congress.  Using research facilities and services at the Library of Congress, the scholar conducts research that focuses on the development of government in the United States and on domestic matters of, and among, the three branches of government.

Through a generous endowment from John W. Kluge, the Library of Congress established the Kluge Center in 2000 to bring together the world's best thinkers to stimulate and energize one another, to distill wisdom from the Library's rich resources, and to interact with policymakers in Washington. For more information about the Kluge Center visit here.

Brophy on Antislavery Women and the American Jurisprudence

Alfred L. Brophy, University of North Carolina School of Law, has posted Antislavery Women and the Origins of American Jurisprudence, which is forthcoming in the Texas Law Review.
“Antislavery Women and the Origins of American Jurisprudence" is an essay review of Sarah Roth's Gender and Race in Antebellum Popular Culture (Cambridge University Press, 2014). It assesses Roth's account of the dialog between antislavery and proslavery writers. Roth finds that the antislavery and proslavery writers were joined in their depiction of enslaved people in the 1820s and early 1830s -- as savage people who threatened rebellion. But as antislavery writers shifted to portray enslaved people as humble citizens-in-waiting, the proslavery writers responded with an image of the plantation as a family. This critique turns to southern judges and treatise writers to provide a slightly different picture, which shows that while the public face of the proslavery movement may have been of happy enslaved people, the hard-nosed economic and legal side continued with the initial image of enslaved people. This became particularly salient as the south moved towards Civil War. Roth perceptively portrays the shift in the North that led to increasing calls for African American freedom and citizenship and the rise of empirical critiques of law, which became central to post-war jurisprudence. That is, the antislavery white women in Roth's study injected empirical as well as humanitarian considerations into jurisprudence. Meanwhile, in the southern courts the reaction to calls for citizenship resulted in increasingly dramatic efforts to deny citizenship -- and ultimately in a secession movement along the lines sketched by southern legal thinkers.

Brophy on Antislavery Women and the American Jurisprudence

Alfred L. Brophy, University of North Carolina School of Law, has posted Antislavery Women and the Origins of American Jurisprudence, which is forthcoming in the Texas Law Review.
“Antislavery Women and the Origins of American Jurisprudence" is an essay review of Sarah Roth's Gender and Race in Antebellum Popular Culture (Cambridge University Press, 2014). It assesses Roth's account of the dialog between antislavery and proslavery writers. Roth finds that the antislavery and proslavery writers were joined in their depiction of enslaved people in the 1820s and early 1830s -- as savage people who threatened rebellion. But as antislavery writers shifted to portray enslaved people as humble citizens-in-waiting, the proslavery writers responded with an image of the plantation as a family. This critique turns to southern judges and treatise writers to provide a slightly different picture, which shows that while the public face of the proslavery movement may have been of happy enslaved people, the hard-nosed economic and legal side continued with the initial image of enslaved people. This became particularly salient as the south moved towards Civil War. Roth perceptively portrays the shift in the North that led to increasing calls for African American freedom and citizenship and the rise of empirical critiques of law, which became central to post-war jurisprudence. That is, the antislavery white women in Roth's study injected empirical as well as humanitarian considerations into jurisprudence. Meanwhile, in the southern courts the reaction to calls for citizenship resulted in increasingly dramatic efforts to deny citizenship -- and ultimately in a secession movement along the lines sketched by southern legal thinkers.

R. Sorel, “Dictionnaire du paganisme grec. Notions et débats autour de l’époque classique”, Les Belles Lettres, 2015


Reynal Sorel
Dictionnaire du paganisme grec
Notions et débats autour de l'époque classique

Préf. J.-Fr. Mattéi. 
Paris, Les Belles Lettres (Vérité des mythes, n°44), mai 2015, 528 p., ISBN-10 2-251-38569-X / ISBN-13 978-2-251-38569-3 / GTIN13 (EAN13) 9782251385693, 35€
Présentation éditeur
Si les Grecs eurent une seule sagesse, ce fut celle de ne rien entendre aux sirènes du prosélytisme. C'est la grandeur de ce qui sera plus tard appelé, sans trop le comprendre, « paganisme ».
Les Grecs ont toujours une leçon d’actualité à transmettre.
Le message fut donné à une humanité qui s’effrayait de sa condition : l’inconnaissance. La logique du syllogisme commence alors à fonctionner :
pour qu’il y ait inconnaissance, il faut des maîtres pour ne pas divulguer un enseignement. Et si ces maîtres sont des dieux alors la boucle se contracte en une sorte de croyance.
Ce dictionnaire propose un dépassement du cadre « religion grecque » pour s’ouvrir sur les notions que les Hellènes ont échafaudées dans leur relation incertaine au sacré. En s’intéressant au « paganisme », il prend autant acte de l’absence du mot « religion » dans le vocabulaire grec classique que de la seule certitude des Grecs : l’inconnaissance des mortels.
Le paganisme grec est au croisement de deux attitudes complémentaires : l’une mentale, l’autre gestuelle. Les Anciens avaient la certitude d’être plongés dans l’inconnaissance du sacré : pas de Révélation, pas de credo (selon nos critères monothéistes). Et pourtant, les dieux semblent être une évidence pour eux. Alors, ils ménageront leur inconnaissance en une double administration solidement fermée : celle du sacré absolument inséparable de celle de la cité.
Chaque article de ce dictionnaire, préfacé par Jean-François Mattéi, ouvre sur la double question de savoir en quel sens on peut parler d’une religion grecque et comment nos anciens Hellènes eurent ce que nous appelons des croyances.

Auteur
Docteur en philosophie (Paris IV-Sorbonne), conseiller scientifique des volumes III et IV de l’Encyclopédie philosophique universelle, Reynal Sorel est l’auteur d’ouvrages sur la pensée grecque dont, aux Belles Lettres, Chaos et éternité. Mythologie et philosophie grecques de l’Origine (2006).


Extraits
  • Extrait de l'introduction, page 17 : Cet ouvrage titille l'incertitude, terreau du paganisme. C’est pourquoi le lecteur aura compris qu’il ne lui est pas proposé un énième dictionnaire de la « Civilisation grecque » ou de sa « Culture », et surtout pas un dictionnaire de la « Religion grecque », mais qu’il s’agit de rendre au paganisme ce qu’il fut : l’acceptation, débattue en son temps, de l’inconnaissance humaine et de l’inconsistance divine. Pas de dogme. Une telle absence laisse un certain champ libre que ce dictionnaire souhaite arpenter.
  • Jean-François Mattéi, extrait de la Préface, page 12 : Du fait de la rupture du christianisme, le monde païen a été repoussé loin de notre horizon historique. Aussi est-il heureux qu'un Dictionnaire du paganisme grec nous soit aujourd’hui proposé par Reynal Sorel. L’ouvrage est d’autant plus novateur qu’il cherche à retrouver les notions et les débats essentiels d’un monde grec qui n’a jamais séparé, comme le feront les chrétiens, la sphère religieuse de la sphère politique, ou encore l’administration du sacré et celle de la cité.

Sommaire
Préface, par Jean-François Mattéi
Avant-Propos
  • Abandon des dieux
  • Adresse aux dieux
  • Âge d'or
  • Agnostique
  • Agora - Centre
  • Amazone
  • Ambivalence des dieux
  • Ambroisie
  • Âme
  • Anthropogonie - Origine et commencements des mortels
  • Anthropomorphisme
  • Antique parole
  • Athée
  • Attente des dieux
  • Au-delà
  • Autel
  • Autochtonie
  • Barbare
  • Bétail humain / Troupeau humain
  • Bonheur et béatitude
  • Bouc émissaire - Exclusion
  • Bourbier
  • Calendrier sacré - Citoyenneté et administration du sacré ; Temporalité
  • Centre (Omphalos, foyer, agora et terre)
  • Châtiment/récompense post-mortem
  • Citoyenneté et administration du sacré
  • Colère des dieux
  • Condition humaine - Éphémère ; Inconnaissance et théologie ; Femme ; Néant
  • Cosmogonie
  • Crainte - Immortalité; Invention des dieux
  • Croyance (Origine de la)
  • Culte - Attente des dieux ; Funéraire (Culte) ; Honorer les dieux ; Piété ; Prêtrise ; Sacrifice ; Sanctuaire
  • Dégénérescence de l'humanité
  • Démesure
  • Démon
  • Destin
  • Destruction de l'humanité
  • Dieux et déesses
  • Dieux étrangers
  • Divination - Oracle
  • Don des dieux
  • Droit des gens - Hospitalité ; Lois non écrites ; Suppliant
  • Éphémère
  • Épiclèse
  • Épiphanie
  • Esclavage - Bétail humain / Troupeau humain
  • Étranger
  • Eugénique
  • Exclusion
  • Exposition du nouveau-né
  • Faux dieu
  • Femme
  • Fête - Honorer les dieux ; Temporalité
  • Fils jamais né
  • Foyer - Centre
  • Funéraire (Culte)
  • Grève
  • Héros
  • Honorer les dieux
  • Hospitalité
  • Image divine - Temple
  • Immortalité
  • Impiété
  • Impureté - Interdit et injonction
  • Inceste
  • Inconnaissance et théologie
  • Inconsistance des dieux - Ambroisie ; Destruction de l'humanité ; Sacrifice
  • Incubation
  • Initiation éleusinienne
  • Inspiration
  • Interdit et injonction
  • Invention des dieux
  • Jalousie divine
  • Justice divine - Adresse aux dieux ; Immortalité
  • Langue des dieux - Noms et langue des dieux
  • Liturgie
  • Loi divine
  • Loi sacrée
  • Lois non écrites
  • Ménade
  • Métempsycose
  • Mort
  • Mort des dieux
  • Mystères
  • Néant
  • Noms et langue des dieux
  • Oracle
  • Origine et commencements des mortels
  • Orphique (Genre de vie)
  • Philanthropie
  • Philosophe - Âme ; Impiété ; Inconnaissance et théologie
  • Piété
  • Polythéisme - Épiclèse ; Dieux et déesses ; Sanctuaire
  • Prêtrise
  • Prière
  • Prison des dieux
  • Progrès de l'humanité
  • Prosélytisme
  • Prostitution sacrée
  • Pureté - Interdit et injonction ; Souillure et purification
  • «Religion», sacré, profane
  • Reproduction sexuée
  • Résurrection
  • Révélations divines
  • Revenant
  • Rite - Honorer les dieux ; Piété ; Sacrifice
  • Sacré - Citoyenneté et administration du sacré ; « Religion », sacré, profane
  • Sacrifice
  • Sagesse delphique
  • Sanctuaire
  • Sang
  • Sexes (Différence des)
  • Souffrance des dieux
  • Souillure et purification
  • Suicide
  • Suppliant
  • Temple
  • Temporalité
  • Usage - Lois non écrites
  • Violence - Bétail humain / troupeau humain ; Démesure
  • Virginité
Index Nominum
1/ Personnages historiques
2/ Divinités et héros

Index Rerum

Orientation bibliographique 

R. Sorel, “Dictionnaire du paganisme grec. Notions et débats autour de l’époque classique”, Les Belles Lettres, 2015


Reynal Sorel
Dictionnaire du paganisme grec
Notions et débats autour de l'époque classique

Préf. J.-Fr. Mattéi. 
Paris, Les Belles Lettres (Vérité des mythes, n°44), mai 2015, 528 p., ISBN-10 2-251-38569-X / ISBN-13 978-2-251-38569-3 / GTIN13 (EAN13) 9782251385693, 35€
Présentation éditeur
Si les Grecs eurent une seule sagesse, ce fut celle de ne rien entendre aux sirènes du prosélytisme. C'est la grandeur de ce qui sera plus tard appelé, sans trop le comprendre, « paganisme ».
Les Grecs ont toujours une leçon d’actualité à transmettre.
Le message fut donné à une humanité qui s’effrayait de sa condition : l’inconnaissance. La logique du syllogisme commence alors à fonctionner :
pour qu’il y ait inconnaissance, il faut des maîtres pour ne pas divulguer un enseignement. Et si ces maîtres sont des dieux alors la boucle se contracte en une sorte de croyance.
Ce dictionnaire propose un dépassement du cadre « religion grecque » pour s’ouvrir sur les notions que les Hellènes ont échafaudées dans leur relation incertaine au sacré. En s’intéressant au « paganisme », il prend autant acte de l’absence du mot « religion » dans le vocabulaire grec classique que de la seule certitude des Grecs : l’inconnaissance des mortels.
Le paganisme grec est au croisement de deux attitudes complémentaires : l’une mentale, l’autre gestuelle. Les Anciens avaient la certitude d’être plongés dans l’inconnaissance du sacré : pas de Révélation, pas de credo (selon nos critères monothéistes). Et pourtant, les dieux semblent être une évidence pour eux. Alors, ils ménageront leur inconnaissance en une double administration solidement fermée : celle du sacré absolument inséparable de celle de la cité.
Chaque article de ce dictionnaire, préfacé par Jean-François Mattéi, ouvre sur la double question de savoir en quel sens on peut parler d’une religion grecque et comment nos anciens Hellènes eurent ce que nous appelons des croyances.

Auteur
Docteur en philosophie (Paris IV-Sorbonne), conseiller scientifique des volumes III et IV de l’Encyclopédie philosophique universelle, Reynal Sorel est l’auteur d’ouvrages sur la pensée grecque dont, aux Belles Lettres, Chaos et éternité. Mythologie et philosophie grecques de l’Origine (2006).


Extraits
  • Extrait de l'introduction, page 17 : Cet ouvrage titille l'incertitude, terreau du paganisme. C’est pourquoi le lecteur aura compris qu’il ne lui est pas proposé un énième dictionnaire de la « Civilisation grecque » ou de sa « Culture », et surtout pas un dictionnaire de la « Religion grecque », mais qu’il s’agit de rendre au paganisme ce qu’il fut : l’acceptation, débattue en son temps, de l’inconnaissance humaine et de l’inconsistance divine. Pas de dogme. Une telle absence laisse un certain champ libre que ce dictionnaire souhaite arpenter.
  • Jean-François Mattéi, extrait de la Préface, page 12 : Du fait de la rupture du christianisme, le monde païen a été repoussé loin de notre horizon historique. Aussi est-il heureux qu'un Dictionnaire du paganisme grec nous soit aujourd’hui proposé par Reynal Sorel. L’ouvrage est d’autant plus novateur qu’il cherche à retrouver les notions et les débats essentiels d’un monde grec qui n’a jamais séparé, comme le feront les chrétiens, la sphère religieuse de la sphère politique, ou encore l’administration du sacré et celle de la cité.

Sommaire
Préface, par Jean-François Mattéi
Avant-Propos
  • Abandon des dieux
  • Adresse aux dieux
  • Âge d'or
  • Agnostique
  • Agora - Centre
  • Amazone
  • Ambivalence des dieux
  • Ambroisie
  • Âme
  • Anthropogonie - Origine et commencements des mortels
  • Anthropomorphisme
  • Antique parole
  • Athée
  • Attente des dieux
  • Au-delà
  • Autel
  • Autochtonie
  • Barbare
  • Bétail humain / Troupeau humain
  • Bonheur et béatitude
  • Bouc émissaire - Exclusion
  • Bourbier
  • Calendrier sacré - Citoyenneté et administration du sacré ; Temporalité
  • Centre (Omphalos, foyer, agora et terre)
  • Châtiment/récompense post-mortem
  • Citoyenneté et administration du sacré
  • Colère des dieux
  • Condition humaine - Éphémère ; Inconnaissance et théologie ; Femme ; Néant
  • Cosmogonie
  • Crainte - Immortalité; Invention des dieux
  • Croyance (Origine de la)
  • Culte - Attente des dieux ; Funéraire (Culte) ; Honorer les dieux ; Piété ; Prêtrise ; Sacrifice ; Sanctuaire
  • Dégénérescence de l'humanité
  • Démesure
  • Démon
  • Destin
  • Destruction de l'humanité
  • Dieux et déesses
  • Dieux étrangers
  • Divination - Oracle
  • Don des dieux
  • Droit des gens - Hospitalité ; Lois non écrites ; Suppliant
  • Éphémère
  • Épiclèse
  • Épiphanie
  • Esclavage - Bétail humain / Troupeau humain
  • Étranger
  • Eugénique
  • Exclusion
  • Exposition du nouveau-né
  • Faux dieu
  • Femme
  • Fête - Honorer les dieux ; Temporalité
  • Fils jamais né
  • Foyer - Centre
  • Funéraire (Culte)
  • Grève
  • Héros
  • Honorer les dieux
  • Hospitalité
  • Image divine - Temple
  • Immortalité
  • Impiété
  • Impureté - Interdit et injonction
  • Inceste
  • Inconnaissance et théologie
  • Inconsistance des dieux - Ambroisie ; Destruction de l'humanité ; Sacrifice
  • Incubation
  • Initiation éleusinienne
  • Inspiration
  • Interdit et injonction
  • Invention des dieux
  • Jalousie divine
  • Justice divine - Adresse aux dieux ; Immortalité
  • Langue des dieux - Noms et langue des dieux
  • Liturgie
  • Loi divine
  • Loi sacrée
  • Lois non écrites
  • Ménade
  • Métempsycose
  • Mort
  • Mort des dieux
  • Mystères
  • Néant
  • Noms et langue des dieux
  • Oracle
  • Origine et commencements des mortels
  • Orphique (Genre de vie)
  • Philanthropie
  • Philosophe - Âme ; Impiété ; Inconnaissance et théologie
  • Piété
  • Polythéisme - Épiclèse ; Dieux et déesses ; Sanctuaire
  • Prêtrise
  • Prière
  • Prison des dieux
  • Progrès de l'humanité
  • Prosélytisme
  • Prostitution sacrée
  • Pureté - Interdit et injonction ; Souillure et purification
  • «Religion», sacré, profane
  • Reproduction sexuée
  • Résurrection
  • Révélations divines
  • Revenant
  • Rite - Honorer les dieux ; Piété ; Sacrifice
  • Sacré - Citoyenneté et administration du sacré ; « Religion », sacré, profane
  • Sacrifice
  • Sagesse delphique
  • Sanctuaire
  • Sang
  • Sexes (Différence des)
  • Souffrance des dieux
  • Souillure et purification
  • Suicide
  • Suppliant
  • Temple
  • Temporalité
  • Usage - Lois non écrites
  • Violence - Bétail humain / troupeau humain ; Démesure
  • Virginité
Index Nominum
1/ Personnages historiques
2/ Divinités et héros

Index Rerum

Orientation bibliographique 

A. Beaurepaire-Hernandez et J. Guedj (dir.), “L’entre-deux électoral. Une autre histoire de la représentation politique en France (XIXe-XXe s)”, PU Rennes, 2015

Adeline Beaurepaire-Hernandez et Jérémy Guedj (dir.)
L’entre-deux électoral
Une autre histoire de la représentation politique en France (XIXe-XXe siècle)

Avec le soutien du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine de l’université de Nice Sophia-Antipolis et le soutien du programme ANR Identités et cultures en Méditerranée.
Rennes, PU Rennes (Histoire), 2015, 166 p., ISBN:978-2-7535-4005-7, 16€

Présentation éditeur 
La démocratie représentative ne s’anime-t-elle qu’en période électorale ? Cet ouvrage s’interroge sur les conditions du maintien et des modalités de la fonction représentative endossée par les élus du peuple hors de toute manifestation institutionnalisée et entre les moments d’appel au suffrage, lors de ce que l’on appellera un « entre-deux » électoral à la durée variable.

Auteurs
  • Adeline Beaurepaire-Hernandez est doctorante au Centre d’histoire du XIXe siècle à l’université Paris-Sorbonne, et ingénieur d’études dans le cadre de l’ANR Identités et culture des élites méditerranéennes. Elle travaille sur la définition de la notabilité sous le Premier Empire en France et en Italie, dans les départements méditerranéens.
  • Jérémy Guedj est doctorant au Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine et chargé de cours à l’université de Nice Sophia Antipolis. Ses travaux portent sur l’histoire des minorités dans la France contemporaine.
Sommaire
Les auteurs 
Adeline Beaurepaire-Hernandez, Jérémy Guedj, Introduction. L’entre-deux électoral, un « envers »
de l’histoire politique contemporaine 
Didier Mineur, Propos liminaire. L’écart constitutif de la relation de représentation 
Première partie 
CONSTRUIRE LE LIEN POLITIQUE
ENTRE MONARCHIES CONSTITUTIONNELLES ET EMPIRE 
  • Vivien Faraut, Convaincre et conquérir. «Les lettres aux électeurs» dans la diffusion des idées libérales sous la Restauration 
  • Emmanuel Fureix, Le charivari politique: un rite de surveillance civique dans les années 1830
  • Marieke Polfliet, Mr Soulé goes to Washington: itinéraire d’un représentant entre deux mondes, à l’heure de l’avènement du suffrage universel en Louisiane et en France (1844-1848)
  • Juliette Glikman, Consacrer l’Empereur: les plébiscites par acclamation du Second Empire
Deuxième partie 
REPRÉSENTATION RÉPUBLICAINE, RÉPUBLIQUE EN REPRÉSENTATION 
  • Jean Garrigues, Gambetta en représentations: commis-voyageur ou homme providentiel?
  • Emmanuel Debono, L’antiracisme dans les années 1930: un nouveau terrain de rencontre entre citoyens et élus politiques
  • Jérémy Guedj, À l’écoute d’un peuple désincarné? Gouverner au nom du peuple sous la IVe république: l’exemple des politiques migratoires 
  • Magali Guaresi, La représentation politique de «proximité». L’entre-deux électoral dans les professions de foi des député(e)s (1958-2007) 
  • Jean-Paul Pellegrinetti, Conclusion

Documents à télécharger (site des PUR)

A. Beaurepaire-Hernandez et J. Guedj (dir.), “L’entre-deux électoral. Une autre histoire de la représentation politique en France (XIXe-XXe s)”, PU Rennes, 2015

Adeline Beaurepaire-Hernandez et Jérémy Guedj (dir.)
L’entre-deux électoral
Une autre histoire de la représentation politique en France (XIXe-XXe siècle)

Avec le soutien du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine de l’université de Nice Sophia-Antipolis et le soutien du programme ANR Identités et cultures en Méditerranée.
Rennes, PU Rennes (Histoire), 2015, 166 p., ISBN:978-2-7535-4005-7, 16€

Présentation éditeur 
La démocratie représentative ne s’anime-t-elle qu’en période électorale ? Cet ouvrage s’interroge sur les conditions du maintien et des modalités de la fonction représentative endossée par les élus du peuple hors de toute manifestation institutionnalisée et entre les moments d’appel au suffrage, lors de ce que l’on appellera un « entre-deux » électoral à la durée variable.

Auteurs
  • Adeline Beaurepaire-Hernandez est doctorante au Centre d’histoire du XIXe siècle à l’université Paris-Sorbonne, et ingénieur d’études dans le cadre de l’ANR Identités et culture des élites méditerranéennes. Elle travaille sur la définition de la notabilité sous le Premier Empire en France et en Italie, dans les départements méditerranéens.
  • Jérémy Guedj est doctorant au Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine et chargé de cours à l’université de Nice Sophia Antipolis. Ses travaux portent sur l’histoire des minorités dans la France contemporaine.
Sommaire
Les auteurs 
Adeline Beaurepaire-Hernandez, Jérémy Guedj, Introduction. L’entre-deux électoral, un « envers »
de l’histoire politique contemporaine 
Didier Mineur, Propos liminaire. L’écart constitutif de la relation de représentation 
Première partie 
CONSTRUIRE LE LIEN POLITIQUE
ENTRE MONARCHIES CONSTITUTIONNELLES ET EMPIRE 
  • Vivien Faraut, Convaincre et conquérir. «Les lettres aux électeurs» dans la diffusion des idées libérales sous la Restauration 
  • Emmanuel Fureix, Le charivari politique: un rite de surveillance civique dans les années 1830
  • Marieke Polfliet, Mr Soulé goes to Washington: itinéraire d’un représentant entre deux mondes, à l’heure de l’avènement du suffrage universel en Louisiane et en France (1844-1848)
  • Juliette Glikman, Consacrer l’Empereur: les plébiscites par acclamation du Second Empire
Deuxième partie 
REPRÉSENTATION RÉPUBLICAINE, RÉPUBLIQUE EN REPRÉSENTATION 
  • Jean Garrigues, Gambetta en représentations: commis-voyageur ou homme providentiel?
  • Emmanuel Debono, L’antiracisme dans les années 1930: un nouveau terrain de rencontre entre citoyens et élus politiques
  • Jérémy Guedj, À l’écoute d’un peuple désincarné? Gouverner au nom du peuple sous la IVe république: l’exemple des politiques migratoires 
  • Magali Guaresi, La représentation politique de «proximité». L’entre-deux électoral dans les professions de foi des député(e)s (1958-2007) 
  • Jean-Paul Pellegrinetti, Conclusion

Documents à télécharger (site des PUR)

BOOK: Michel PORRET and Élisabeth SALVI (dir). Cesare Beccaria. La controverse pénale, XVIIIe-XXe siècle [Histoire]. Rennes: PU Rennes, 2015. ISBN 978-2-7535-4016-3, 22€

(image source: PURennes)

 The Presses Universitaires de Rennes published a new collective work on Cesare Beccaria.

Abstract:
Commenté, mis à l’Index romain, fustigé, critiqué ou loué par les juristes et les criminologues positivistes durant le long XIXe siècle, Des délits et des peines suscite une controverse pénale, encore bien vivante aujourd’hui en Chine ou dans le droit européen et international. Ce livre signé par 25 spécialistes européens et américains revient sur le « moment Cesare Beccaria » qui depuis 250 ans nourrit cette controverse autour du droit de punir avec son impact politique sur la démocratie.
Table of contents:
Remerciements 
Les auteurs

Robert Roth, Préface
  • Michel Porret, Introduction. Le moment Beccaria
Première partie 
LES LUMIÈRES DE LA RÉFORME 
  • Dario Ippolito, Justice pénale et liberté civile: le «moment Beccaria» dans les Lumières napolitaines
  • Stéphanie Roza, La peine de mort entre utopie et pragmatisme: les thèses de Beccaria chez Gabriel Bonnot de Mably (De la Législation
  • Lucie Buttex, «Bienveillance» et «douceur» des peines: le réformisme des Principles of Penal Law de William Eden
  • Donald Fyson, Beccaria contre Howard? La réforme pénale au Québec (1760-1841) 
  • Serena Luzzi, L’anti-beccarien Carlantonio Pilati écarté au Concours de la Société économique de Berne (1777-1780)
  • Emmanuelle de Champs, Bentham et l’héritage de Beccaria: du Projet d’un corps complet de législation aux Traités de législation civile et pénale
  • Albrecht Burkardt, Émules et censeurs du traité Des délits et des peines Voltaire et Joseph von Montag
  • Philippe Audegean, L’ombre de Morellet. Les premières traductions françaises de Beccaria (1765-1822)
Deuxième partie 
LÉGALITÉ ET LIBÉRALISME 
  • John D. Bessler, Cesare Beccaria et les débuts de la réforme pénale américaine
  • Jean Bart, Des délits et des peines dans les débats révolutionnaires français
  • Elisabeth Salvi, De l’abolitionnisme des Lumières au réformisme pénal de la République helvétique (1764-1803)
  • Yves Cartuyvels, Responsabilité morale et défense sociale. Deux versions asymétriques de l’individualisation des peines en Belgique au XIXe siècle
  • Audrey Higelin, Beccaria dans la genèse de la prison en France avant 1850
  • Jérôme Ferrand, Les lectures juridiques de Beccaria sous la Restauration: genèse d’une herméneutique réactionnaire
  • Marc Renneville, Usages de Cesare Beccaria dans les Archives de l’anthropologie criminelle (1886-1914)
  • Elio Tavilla, Les disciples de Beccaria: le débat abolitionniste dans l’Italie post-unitaire
  • Monica Stronati, L’héritage de Beccaria en Italie. La mesure et la modération de la peine (XIXe-XXe siècles)
Troisième partie 
L’HÉRITAGE AMBIVALENT 
  • Ning Zhang, Pour ou contre Beccaria. La réception du traité Des délits et des peines dans la Chine contemporaine
  • Vincent Sizaire, L’héritage ambivalent du libéralisme beccarien dans la fabrication du droit pénal contemporain
  • Djoheur Zerouki-Cottin, Le principe de légalité des délits et des peines dans le droit européen
  • Diane Bernard et Damien Scalia, Retour à la proportion selon Beccaria dans le droit pénal international
Vincent Milliot, Postface. Le palimpseste beccarien
The Introduction to the work can be downloaded for free here.

(source: Nomôdos)